J'ai choisi de vous parler dans cette rubrique d'une technique particulière : LE TESSEN JUTSU (Technique de l'éventail) car si elle fait partie de l'enseignement en Shinkû Gei , elle reste peu commune et peu enseignée en France .

Origine:

Les samouraïs japonais s'ils portaient des armes "conventionnelles" apparentes telles que sabres (long , court) , couteaux , lances etc... ont souvent portés des armes dites "complémentaires" à celles-ci qui soient faciles à cacher et puissent au cas ou surprendre l'adversaire.

Ils les utilisaient quand ils étaient désarmés ou, quand il était préférable de ne pas tuer ou ne pas mutiler sérieusement un attaquant. Les divers ryuha (écoles) d'arts martiaux pendant le règne de Tokugawa ont fréquemment enseigné le Tessen, un éventail court spécifiquement conçu pour l'autodéfense et qui pouvait être caché dans les vêtements journaliers.

Rendue plus dangereuse encore que certaines par son aspect tout à fait anodin, cette "arme" était avant tout une arme "défensive". Elle a, en effet, été créée dans le seul but de ne pas laisser les samurai complètement désarmés lorsqu’ils étaient obligés de se défaire de leurs sabres. En effet quand ils se trouvaient en face de leur seigneur (daimyos, shoguns etc…) ou rendaient visite à une personne, surtout si celle-ci était d’un rang supérieur, ils étaient contraints de laisser un de leur sabre voire les deux (Katana + Wakisashi + éventuellement leur tantô) à l’entrée de l'habitat.
De plus pour empêcher la violence dans certains quartiers (ex : quartier des plaisirs de Yoshiwara à Edo) , sabres , poignards, lances étaient également strictement interdites. Cette "arme" de petite taille, facilement transportable et dissimulable dans un OBI (ceinture) ou une manche de kimono était pratique à utiliser en milieux restreints, comme les couloirs ou pièces d'une demeure seigneuriale. Pendant la période d'Edo, le tessen a été souvent considéré comme une arme commune d'autodéfense.

Il existe plusieurs formes de tessen:

L’ éventail se dépliant , habituellement à huit ou dix nervures en bambou ou en métal porté qui pouvait "trancher" (si la vitesse d’ouverture était suffisamment rapide) ou piquer en fonction de la forme et de la nature des lamelles .Ceux-ci demandaient bien évidemment plus de temps et de précision dans leur création. Ils coûtaient donc plus cher… Ce qui explique que certains éventails de ce type ne présentaient que quelques lamelles métalliques, les autres étant constituées de bambou ou de bois (Hi-OGI).

Un tessen plus facile à concevoir avait l’apparence d’un "éventail fermé". Il était en réalité réalisé en acier forgé (le fait qu’il soit fait de métal permettait au samurai attaqué de s’en servir comme protection pour parer une éventuelle lame qui serait dirigée contre lui) ou taillé dans un bois dur . Il ne s’ouvrait pas, mais l’une de ses extrémités arborait une pointe qui permettait une attaque tsuki (attaque en piquant les centres vitaux : gorges, yeux etc...) par exemple.
Peut-être pour ces raisons, ce solide tessen était plus populaire parmi les samouraïs que le modèle se pliant. L'emploi de ce matériel n'est pas sans rappeler la technique de l'école Yawara élaborée par les Bushi (guerriers), au Japon, dès l'époque de Kamakura (1185-1333) puis de nos jours par l'utilisation de "Kubotan" (morceau de bois ou de métal plus court que ceux utilisés par l'école Yawara, pouvant être taillé en pointe et même adapté en porte clef).
D'autres Eventails en bois massif "GUMBAI-UCHIWARA" furent créer pour les champs de batailles et devinrent de véritables objets de commandement. Ils sont encore utilisés de nos jours dans les cérémonies officielles (par exemple lors des tournois de sumotori).

Le Tessen Jutsu

 

Les techniques de combats développées avec cette arme sont appelées "tessen-jutsu".

Le tessen-jutsu met surtout en avant des frappes, des parades et des clefs, ne se concentrant pas sur la tranche puisque les éventails tranchants n'étaient ni majoritaires ni particulièrement efficaces (un éventail tranchant n'est bon qu'à faire des coupures peu profondes, or une entaille faite avec une lame de cette taille et de cette forme n'aurait pas suffit à neutraliser un adversaire, sauf si on frappait à la gorge).

Les techniques de Tessen Jutsu enseignées au sein de la Shinkû Ryu sont travaillées à deux et aux travers de Kata spécifiques.

Comment nous joindre

Shinkû Ryû
e-mail: bureau@shinkugei.fr

téléphone : 06 75 61 78 69

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Au salut tout commence, au salut tout fini ...(FUNAKOSHI SENSEI)